Les maringouins

Paroles et musique La Bolduc Interprète Jorane


Écouter    

Achat


Je suis allée me promener
À la campagne pour l’été
Je vous dis j’en ai arraché
Les maringouins m’ont tout mangée
Quand ils m’ont vue arriver
Ils m’ont fait une belle façon
Sont venus au-devant de moi
C’était comme une procession 

Les maringouins, c’est une bibitte
Il faut se gratter quand ça nous pique
Je vous dis c’est bien souffrant
C’est cent fois pire que le mal aux dents
J’ai les jambes pleines de piqûres
C’est comme un vrai morceau de forçure
J’ai la peau tout enlevée
C’est parce que je me suis trop grattée

Mais partout où ce que j’allais
Les maringouins me suivaient
Je courais tellement fort
Que j’en avais des bosses dans le corps
Quand j’allais voir la vieille Canard
Ils me couraillaient jusqu’au hangar
Ils étaient tellement enragés
Qu’ils m’ont presque dévorée

Le soir après j’étais couchée
Autour de ma tête ils venaient chanter
Voilà que j’allume la lampe
Pis je commence à les courailler
Il y en a un avec sa lancette
Qui s’en vient sur ma jaquette
Mon mari à mes côtés
Je vous dis qu’il l’a pas manqué 

Je vous dis deux mois après
J’étais contente de prendre le train
Mais pour m’en débarrasser
Ils m’ont mis d’une boîte
Pis ils m’ont checkée
Quand un de mes amis m’a vue
Il ne me reconnaissait plus
J’avais le nez presque mangé
Pis le visage tout boursouflé

Arraché (j’en ai) : j’en ai bavé
Maringouins : moustiques
Bibitte : insecte
Courailler : courir après
L’a pas manqué : ne l’a pas raté
Boîte : wagon de marchandises
Checkée : surveillée

 

Mary Travers dite La Bolduc

Mary Travers – mieux connue sous le nom de La Bolduc – est une auteure, compositrice et interprète québécoise née à Newport en 1894 et décédée en 1941 à Montréal. Elle est considérée comme l’icône de la musique folklorique au Québec.

Sa carrière débute avec les Veillées du Bon Vieux Temps présentées au Monument-National dans les années 20-30, lorsqu’elle remplace au pied levé un musicien malade.
Rapidement, La Bolduc retient l’attention du public avec ses chansons humoristiques et optimistes ponctuées de refrains turlutés. Elle se distingue par des textes qui dépeignent le quotidien des habitants de la ville et des campagnes, victimes de la crise économique. Parmi ses grands succès, on trouve les pièces Ça va venir, découragez-vous pas, Les médecins, Nos braves habitants et Les maringouins.

Au cours de sa carrière, elle compose plus de 300 pièces musicales. En 1929, plus de 10 000 exemplaires de son troisième disque sont écoulés un mois après sa sortie. Celle qui est surnommée la «turluteuse du peuple» devient la première femme à gagner sa vie en tant que chanteuse, auteure, compositrice et interprète de la chanson au Québec.